Chauffage à eau chaude, plus d’énergies, moins de dépenses

 
Chauffage à eau chaude, plus d’énergies, moins de dépenses

Les sys­tèmes mul­ti­éner­gies pro­duisent de la cha­leur en in­té­grant de plus en plus les éner­gies re­nou­ve­lables. Des mo­dèles à la fois ré­sis­tants, per­for­mants et éco­no­miques.


Com­ment ça marche ?

Le prin­cipe du chauf­fage à eau chaude est une boucle dans la­quelle cir­cule de l’eau chauf­fée entre 30° et 50°. Celle-ci est dis­tri­buée vers des émet­teurs de cha­leur,  ra­dia­teurs ou plan­chers chauf­fants, qui dif­fusent la cha­leur de l’eau dans les pièces. Le chauf­fage de l’eau est as­suré quant à lui par un gé­né­ra­teur qui peut être une chau­dière, des pan­neaux so­laires, une pompe à cha­leur ou un sys­tème de co­gé­né­ra­tion.  

Pour op­ti­mi­ser les per­for­mances du chauf­fage à eau chaude

Il est in­dis­pen­sable de mettre en place une ré­gu­la­tion cen­tra­li­sée, de pré­fé­rence pro­gram­mable. Vous al­lu­mez le chauf­fage, vous l’étei­gnez, vous mo­di­fiez la tem­pé­ra­ture de consigne en fonc­tion de vos be­soins... le tout chez vous ou à dis­tance avec la ré­gu­la­tion connec­tée.


Le modèle qu'il vous faut

Chaudière basse température

Fonc­tionne au gaz GPL ou fioul do­mes­tique. L’eau est chauf­fée à 50°C au lieu de 80°C pour les an­ciens mo­dèles. Plus d’éco­no­mies et des gains de consom­ma­tion de 25 à 30 %

Chaudière à condensation

Ré­cu­père de l’éner­gie en conden­sant la va­peur d’eau is­sue des pro­duits de com­bus­tion. Amé­liore de 30 à 40 % les per­for­mances des chau­dières an­ciennes et de 15 % les ré­sul­tats des chau­dières clas­siques.

Pile à combustible

Pro­duit l’élec­tri­cité à par­tir d’un mé­lange mo­lé­cu­laire  . Sys­tème éco-com­pa­tible car il ne consomme que l’oxy­gène de l’air et de l’hy­dro­gène et ne pro­duit que de l’eau.

Pompe à chaleur

Puise des ca­lo­ries dans une source à tem­pé­ra­ture froide pour les ré­in­jec­ter via une source chaude. Per­for­mances op­ti­males : un kWh d’éner­gie élec­trique consommé res­ti­tue trois à quatre kWh de cha­leur dans les bâ­ti­ments.

Cogénération

Consiste à pro­duire, en même temps et dans la même ins­tal­la­tion, de l’éner­gie ther­mique et de l’éner­gie élec­trique grâce à un al­ter­na­teur. L’éner­gie ther­mique est di­rec­te­ment uti­li­sée pour le chauf­fage et la pro­duc­tion d’eau chaude. Tech­nique très ef­fi­cace pour l’ex­ploi­ta­tion des éner­gies fos­siles (fioul, gaz na­tu­rel) et re­nou­ve­lables (géo­ther­mie, bio­masse).


Vous rénovez ?

Pro­fi­tez du cré­dit d’im­pôt pour les tra­vaux d’amé­lio­ra­tion de la per­for­ma­tion éner­gé­tique de votre ré­si­dence prin­ci­pale. Com­plé­tez avec les aides pu­bliques et les prêts à taux zéro at­tri­bués sous cer­taines condi­tions dans le cadre d’opé­ra­tions de ré­no­va­tion éner­gé­tique.


diagnostic électrique, diagnostic électrique obligatoire, diagnostic, électrique, électricité, installation électrique, installation conforme, installation aux normes, normes électriques, normes françaises, normes NF C 15-100, DEO

« Géo­ther­mie, éo­lien, bois, so­laire, bio­masse : les éner­gies re­nou­ve­lables peuvent di­vi­ser par quatre la fac­ture d’éner­gie »